Annonce

Réduire
Aucune annonce.

[RAPPORT] Descent Into Avernus

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [RAPPORT] Descent Into Avernus

    Ici le sujet pour les rapports de la campagne de cette année.
    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle 

Nom : 		217366038_580x.jpg 
Affichages :	296 
Taille :		49,5 Ko 
ID : 			627

    La liberté est la règle, et la restriction, l'exception
    Corneille, commissaire du gouvernement, 1917

  • #2
    Salut Randall,

    J’espère que cette lettre te trouvera en bonne santé.
    J’imagine que tu es au courant pour Elturel.
    Et bien, devines quoi ? Ton petit frère était aux première loges !
    Mais autant que je te racontes par le menu pour que tu comprennes ce que je faisais là.

    Tout a commencé il y a une semaine, avec le meurtre du docteur Finster, un gars apprécié de la haute, mais haï de la plèbe.
    Quel rapport avec moi ? Tout simple : Un capitaine du poing enflammé a convoqué ma compagnie pour nous annoncer qu’il allait nous coller le meurtre sur le dos, à moins qu’on bosse pour lui.
    Heureusement pour lui, le boulot avait l’air de plaire à tout le monde : servir d’escorte officieuse à la mission diplomatique du duc Ulder.
    Apparemment, le gars fait moyennement confiance à l’escorte officielle.
    On a donc embarqué comme civils avec des mercenaires du poing enflammé, des paladin du Gantelet et plus tard des cavaliers des enfers(je me ferais jamais à ce nom).

    Le trajet était plutôt ennuyeux, le truc le plus excitant de cette partie était un mariage.
    Aux abords de la ville, des éclaireurs ont excité les chefs du convoi.
    Grâce à Grisenuit, j’ai pu apprendre que des cultistes de Tiamat avaient cramé un bled appelé Verdoyante plus au sud.
    La gamine qui dirige les cavaliers krékréméchants a réclamé qu’une expédition soit montée pour aller au nord leur casser la gueule.
    Comme personne ne veut quitter l’escorte, elle a prpposé à qui le voulait 50po par tête pour l’accompagner.
    Là, ça commençait à ressembler à une aventure.
    J’ai donc emmené ma compagnie aux bois d’Eltugard où les cultistes se planquaient.

    Lorgan, tu sais, le druide, a vite trouvé leurs traces qu’on a suivit jusqu’à un ruisseau.
    Là on a suivit le vieux barde qui avait repéré un chemin jusqu’à une clairière.
    Dans la clairière, y avait bien un cultiste, mais pas le bon : Celui là était de Baine.
    Tout seul, occupé à chantonner dans un cercle de pierres,
    Il a pas fait un pli face à nous.
    On a trouvé des cultistes, les bons cette fois, dans la rivière.
    Noyés, on était visiblement pas les seuls à vouloir taper sur des suiveurs de Tiamat.
    Histoire de pas perdre de temps, j’ai envoyé ma chouette chercher les autres.
    Elle m’a trouvé deux autres clairières décorées.
    D’après le vieux, la forêt était un ancien lieu de culte pour des druides maléfiques qui vénéraient les bêtes.


    Peu importait, on avait des écaillistes à tuer.
    On a suivi un sentier vers une clairière au sud où bricolait un nécromancien accompagné de son squelette.
    Alors qu’on s’approchait tranquillement du cultiste, toujours pas le bon, un nécromythe de Myrkul, le vieux a marché sur une brindille.
    Vistra frappe le nécromythe en bonne prêtresse naine, direct et léthal.
    On a fini rapidement le squelette.
    Par contre, le raffut a attiré les encagoulés restants de l’autre clairière.
    Les deux cultitstes, toujours pas les bons : ils sont de Bhaal, sortent des fourrés et dégainent leurs armes .
    Nous, on préfère reculer. Pas par peur d’eux, non, plutôt de l’énorme ours-hibou qui a déboulé derrière eux.
    La bestiole les déchiquette avant de repartir avec l’un deux, nous laissant tranquilles.
    Sur l’autel, Vistra a récupèré des statuettes de dragon en métal.
    Comme pour le reste de l’équipement trouvé sur les cultistes, elle en a récupéré le métal. De toute façon, tout ce qui est marqué de Tiamat ou des trois morts est invendable.

    Il restait la grande clairière, où ma chouette avait vu un gars torturé par les deux casse-croutes.
    Il y était toujours, c’était un cultiste, le bon cette fois, et il était vivant.
    On a pu l’interroger et découvrir que seuls 3 timbrés ont cramé le patelin sur les ordres d’un certain Rezmir.
    La gamine l’a achevé dès qu’elle a eut la confirmation qu’il était le dernier.
    Pendant que les autres se félicitaient d’avoir réussi la mission, j’ai fouillé le gars et trouvé une lettre signé par le-dit Rezmir.

    De ce que j’ai pu en lire, ça parle d’un trésor caché dans des bains à la porte de Baldur.
    Des bains avec un jardin fermé et des nymphes sur le fronton.
    Ça dit aussi que la duchesse nanthanpur essaie de récupérer le trésor pour engager les cultistes des trois morts.
    Ça sent pas bon, cette histoire.
    Mais pas autant que ce qu’il s’est passé quand on est rentré au convoi.


    Évidemment, on nous avait pas attendu et le duc devait déjà être entré au palais où l’attendait le prince Kreeg.
    Nous, on était à vingt mètres de la porte quand c’est arrivé.
    Un vent de souffre a porté les gémissement de milles âmes tourmentées alors que le ciel s’est ouvert au-dessus de la ville, suintant les flammes et l’horreur.
    Lorsque cette vision infernale a touché le sol, celui-ci a disparu.
    Avec la ville.

    Avec le Duc.

    Avec l’espoir d’en finir avec ce capitaine.

    Dépités, on est rentrés faire notre rapport.
    Il était pas jouasse, tu t’en doutes.
    J’ai du lui donner un os à ronger avec la lettre des cultistes.
    Ça a visiblement marché puisqu’il nous a laissé tranquilles.
    Par contre, la ville l’est de moins en moins.
    Les réfugiés arrivent en masse et certains ont le goût du sang.

    La dernière fois que les trois morts se sont invitées à la porte, la guerre a failli embraser la côte des épées.

    Mais cette fois, il n’y a pas d’abdel Adrian.
    Fichiers attachés
    Dernière modification par cauhein, 25 septembre 2020, 21h49.

    Commentaire


    • #3
      Helena Kalthardt, sergent du Poing Enflammé, au rapport.

      Missions, ordonnées par le capitaine Zodge : . garder un groupe composé de :
      • Lorgan, demi-elf, druide
      • Grim Kalidern, humain
      • Vistra Noirmarteau, naine
      • Le Vieux Monsieur, humain, barde
      Aller à la rencontre de Tarina, espionne de la guilde des voleurs, pour obtenir des informations concernant le culte des Trois Morts.

      Piste de Tarina : un souterrain se trouvant dans des bains publics au Nord-Ouest de la Porte de Baldur.

      La nuit tombée, nous nous y infiltrons. Nous faisons la rencontre de trois lames noires et d’un necromite. Plusieurs autres nous attendaient sur le chemin.
      En trouvant l’entrée, nous tombons sur un cadavre boursoufflé datant de plusieurs jours.
      Dans les dédales, nous avons pu apercevoir des autels dédiés aux Dieux Bhaal, Baine et Myrkul. Également des objets symboliques, tels que des tapisseries, masques, livres, offrandes d’entrailles en putréfaction.
      Derrière la porte de Myrkul, nous entrons en combat contre deux guerriers, un homme et une femme, qui torturaient un troisième individu du nom de Klim Jhasso. Nous le raccompagnons et revenons le lendemain.
      Ces sous-sols labyrinthiques nous ont ensuite conduits sur un maître des âmes, ainsi que de nombreux sarcophages.
      Nous arrivons dans une pièce avec deux cadavres suspendus par les pieds, des fouets sanguinolents, des bacs remplis de sel. Une tiefflin est encore vivante, elle nous explique que son tortionnaire était Yignath, l’un des guerriers éliminés la veille. Nom de la victime : Vendetta. Yignath l’aurait torturée afin d’obtenir des informations sur les familles Oathoons et Jhasso.

      Dans les derniers couloirs, nous nous engageons dans un combat opposant deux assaillants. Nous prenons partie pour l’un d’eux, éliminons son adversaire. Nom du guerrier sauvé : Mortlock Vanthampur. Il nous rapporte que sa mère, voulant devenir Grand Duc, aurait engagé des assassins pour écarter le Poing Enflammé. Le trésor du culte du Dragon se trouverait dans ces souterrains. Se serait elle qui aurait insisté pour qu’Ulder Ravengard aille à Elthurel, sachant que la ville disparaîtrait.
      Les cultistes seraient financés par le frère de Mortlock Vanthampur.
      Nous réussissons à récupérer le trésor de Tiamat et sortons.

      C’est pas vrai, qui c’est encore ceux-là ? Des cultistes du Dragon ? … rah j’ai pas eu le temps de nettoyer mes lames, mais bon. On va voir ce qu’ils ont à dire, j’espère que les autres se tiennent quand-même prêts.
      La liberté est la règle, et la restriction, l'exception
      Corneille, commissaire du gouvernement, 1917

      Commentaire


      • #4
        Plinc... Planc... Plinc...

        Et donc je vous promets, 5 membres du culte de Tiamat nous attendaient à la sortie des bains. Mais par les Forges de Tharmekûl, il n'était pas question de leur céder le trésor !

        Planc... Plonc... Plinc... Planc...

        Nous avons sorti les armes, et nous avons fièrement combattu. La nouvelle venue, la soldate humaine du nom de Héléna, a montré qu'elle savait se battre. 4, elle en a occis ! J'ai sauvé votre honneur en tenant tête et en éliminant le 5ème.

        Plinc... Plinc... Planc...

        Mortlock, le fils rejeté de la famille Vantampur est sorti à ce moment-là des souterrains. Nous lui avons posé quelques questions, et il nous a parlé de ses 2 frères, Thurstwell et Amrik, qui étaient probablement impliqués dans les histoires de sa mère, selon lui. Enfin, surtout Amrik, sur son navire-taverne situé dans les docs "La Lanterne basse".

        Plinc... Planc... Plonc...

        Enfin la suite vous savez, puisqu'on s'est retrouvés ici pour se partager le trésor. On a inclus Héléna dans le partage de notre précédent butin, pour la convaincre de ne pas parler du trésor au capitaine du poing Enflammé. Elle a tout de même pris un masque en porcelaine de valeur qui trainait au milieu des richesses, pour contenter ses supérieurs. Je pense qu'elle est digne du Serment de l'Etoile. J'ai autorisé mon apprenti Grim, le Vieux Monsieur, et ce satané elfe de Lorgan à dormir ici, en lui expliquant qu'il ne pourrait pas vénérer ses dieux en ce lieu. j'espère qu'il a tenu parole. Le lendemain, j'ai retrouvé Grim avec une énorme épée de style elfique...
        Par la barbe de Moradin, je ne lui ai pas appris à forger ce genre de chose ! Je soupçonne Lorgan de corrompre son jeune esprit.

        Pchhhhhiiiiiiiiiffff...

        Héléna nous a alors retrouvé avec une nouvelle mission du poing Enflammé : nous devions enquêter sur l'implication de la Duchesse dans toute cette affaire, en nous rendant à la Lanterne Basse. Une fois sur place, Lorgan sembla s'extasier sur des oiseaux morts sur le pont et des corbeaux en haut du mat. Je n'ai pas tout compris, il a fait des bruits d'oiseau, et a eu l'air de se sentir bête... bref, c'est un elfe.

        Plinc... Planc... Plinc...

        La Lanterne Basse s'avéra être une taverne miteuse, mais aussi un casino. Que Berronar me protège, la bière était immonde ! Je me suis installée au bar avec le Vieux monsieur, pendant que les autres se mettaient à jouer. Héléna s'est installée sur une table avec un duergar nommé Grimboot, et 2 humains, l'un des humains, à cours de monnaie, a descendu les escaliers pour aller voir le prêteur sur gages. C'est à ce moment-là que la soldate a pris cette saleté de duergar la main dans le sac en train de tricher. Il s'est alors fait jeter par les videurs, hors du navire.

        Plonc... Planc... Plinc... Planc... Plunc... Plinc...

        C'est le moment que nous avons trouvé, avec le Vieux Monsieur, pour descendre et nous installer à une table non loin du prêteur sur gages : Amrik. En entendant que le ton montait et que l'humain nommé Jorun était en train de se faire dépouiller par Amrik, j'ai évoqué à voix haute la triche du duergar. Retournement de situation, Jorun est alors remonté en colère, en évoquant les magouilles de l'établissement. Amrik est resté encore un petit moment pour compter ses billets, puis s'en est allé. Le Vieux Monsieur a alors suggéré au dernier vigile de remonter afin que nous nous retrouvions seuls. Il a alors pu descendre pour fouiller, puis plus tard Grim... mais ils n'ont rien trouvé à part des poivreaux en train de cuver de la mauvaise bière.

        Plinc... Planc... Plinc... Planc... Plinc... Planc...

        En partant, nous sommes tombés sur Reya Mornemantel, la commandante des Cavaliers de l'Enfer de Elturel. Elle enquêtait elle aussi sur les Vantampur, désirant attraper Amrik pour le faire parler. Nous avons donc décidé de faire cause commune. Nous sommes convenus d'un moment, le lendemain matin très tôt, et d'un endroit, une petite ruelle, pour tendre une embuscade à Amrik sur le chemin entre sa villa et le navire... ce qui a parfaitement fonctionné. Le garde du corps s'est rendu, son diablotin a été détruit, et lui, il a tout déballé, accusant sa mère de tous les maux. La zone de vérité, ce pouvoir que vous m'octroyez, a été particulièrement utile.

        Plinc... Plonc... Plinc... Plonc... Planc... Plunc...

        Amrik a par ailleurs avoué que c'était sa mère qui contrôlait les corbeaux, qui s'avèrent être des petits diables mesquins et dangereux. 2 d'entre eux sont d'ailleurs retournés à la villa, et la Duchesse ne tardera pas d'être au courant de nos agissements. Il a entre autres choses, indiqué que leur demeure comptait près d'une vingtaine de gardes, et quelques dizaines de diablotins... mais beaucoup sont en vadrouille. Reya avait l'air particulièrement choquée d'apprendre qu'un haut dignitaire de Elturel se trouvait en ce moment-même avec la duchesse, en train de comploter.

        Plinc... Planc... Plinc... Planc... Plonc...

        Bref, prochaine chose à faire, c'est récupérer des preuves de la conspiration de la Duchesse et de l'implication de son complice, ainsi que de leur coopération avec des diables. Et nous verrons ensuite quand nous aurons un moment pour nous occuper de notre navire, le Serpent Malotru. Sur ce, grand et vénérable Tharmekûl, je vous remercie d'avoir écouté ma prière !

        Pchhhhhiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiifffffffffffii iiiiiiiiiuuuuuuuuu...

        Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		Aux Forges de Tharmekûl 4-2.jpg  Affichages :	0  Taille :		44,6 Ko  ID : 			563
        AUX FORGES DE THARMEKÛL

        Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		Lanterne Basse-2.jpg  Affichages :	0  Taille :		60,4 Ko  ID : 			564
        LA LANTERNE BASSE

        Commentaire


        • #5
          Ma chère et tendre Elerinna,

          Par cette lettre, je viens te conter la suite de mes aventures.

          Nous attrapâmes ce satané Amrick après un combat fort déplaisant. Mais nous en sortîmes tous indemnes.

          Que pouvions-nous en faire à présent ?

          Reya eut une idée : aller au manoir. Après un interrogatoire, Amrick nous indiqua les trois entrées de son manoir, une au sud et deux au nord. Bien entendu, toutes bien gardées. Nous ne pûmes y passer incognito, cela était innenvisageable.

          Une solution s’offrit alors à nous, les égouts. Après avoir insisté, Amrick nous dessina un plan du manoir et de la tour. Notre but n’était pas si compliqué. Sur le papier du moins.

          Helena décida d’aller voir son capitaine du Poing enflammé. Mais il ne voulut pas nous aider à garder prisonnier Amrick. Sa personne était trop importante pour impliquer le Poing enflammé. Elle nous informa d'ailleurs qu'un nouveau chef était arrivé, une dénommée Liara Portyr.
          Sur son retour, elle nous conta la rencontre d’un certain Bloodwhistle. Il lui proposa son aide pour nous faire rentrer dans le manoir. Il put toujours attendre, il n’en était aucunement question… Mais ça reste bizarre qu'il s’intéresse à nous. J'ai comme un mauvais pressentiment...

          Nous entrâmes dans les égouts à la recherche d’une entrée pour le manoir. Après une super reconnaissance de Vistra la naine, nous arrivâmes devant des grilles sans aucune porte. Vistra et Helena essayèrent de les forcer, en vain. Grim le sorcier envoya son rat faire de la reconnaissance. Au bout d’un moment nous parvînmes à fragiliser un barreau qui céda sous les coups répétés. Nous laissâmes Amrick ligoté aux grilles, on pourrait encore en avoir besoin. Ce dernier nous fît une révélation en affirmant que le Grand superviseur était dans le manoir. Incroyable mais je suis de l'avis de Reya, j'ai du mal à y croire !

          Nous avançâmes dans les nombreux couloirs du sous-sol. Deux choix s’offrirent à nous, soit aller vers les supposés méphîtes (une forte odeur de souffre s’en dégager) soit aller vers le manoir (notre destination). Sans trop nous poser de question, nous partîmes vers ce dernier choix. En avançant, nous aperçûmes une ombre qui disparut rapidement et peu après une porte s’ouvrit. Nous nous y introduisîmes s’en trop d’hésitation. Là, une vieille femme de dos devant un autel se tenait droite comme un piquet.

          Elle se retourna et nous lança : « vous venez me déranger ? » Puis elle nous attaqua. Nous n’eûmes pas le temps de parlementer.

          Elle ne fut pas déçue de notre venue, après un coup d’Helena, de Vistra et de moi-même, elle tomba. Vistra se précipita pour la fouiller et récupérer deux clefs.
          Nous aperçûmes des écritures en infernale sur tous les murs ce qui ne présagea rien de bon pour la suite de notre aventure. Nous nous faufilâmes par la porte qu’elle avait eu le temps d’ouvrir avant de trépasser sous un rayon ardent (j’aime beaucoup ce sort). Les chants infernaux qui s’en échappèrent nous firent froids dans le dos.

          Dans cette nouvelle pièce, une statue de dos en forme d’ange nous accueillît. Une créature avec une drôle de barbe à l’aspect d’un tieffelin accompagné de plusieurs cultistes nous bondirent dessus. Après un combat intense, Grim lui asséna le coup de grâce. Ouf !

          Les murs de la pièce étaient tous recouverts d’immondes tapisseries représentant les 9 enfers et tout particulièrement Zariel. Vision affreuse ! Je ne trouve même pas les mots pour te les décrire.

          Nous continuâmes dans une suite de couloir qui déboucha sur une cuisine et une salle à manger. En fait, nous étions dans une sorte de labyrinthe. Heureusement que nous eûmes la présence d’esprit pour nous en rendre compte.

          Au bout d’un moment, nous tombâmes sur un petit groupe de cultistes que nous terrassâmes rapidement. En fouillant la pièce, Vistra trouva des bouteilles de vin de cuvée prestigieuse. Comme tous les nains (Morgrim ne m’en voudra pas), elle ne put s’empêcher d’en prendre trois. Mais Helena ne la laissa pas faire et lui ordonna de les reposer. Je ne te raconte même pas la tête de Vistra qui la traita de despote. J’ai bien ri tien ! Ah les nains, toujours aussi prévisible !

          Je n’eus pas le temps de profiter de ce savoureux moment qu’un chef cuistot nous tomba dessus. C’est Grim qui s’en occupa en lui sautant dessus dans le dos. Fort heureusement, le pauvre homme n’eut pas le temps de parler.

          En avançant un peu plus loin à l’étage nous tombâmes dans un bureau où une statue de cire qui représentait la vieille femme que l’on avait rencontrée peu avant trôné. La pièce était emplie de parfums et de maquillages. Le Vieux Monsieur et Grim s’y introduisirent et tombèrent sur un heaume qui dégageait une lueur orange bien étrange. Ils trouvèrent peu après un coffre piégé qui manqua de répandre son gaz. Grim le désamorça à temps. Ils partirent avec trois bouquins écrits en langue infernale jusqu’au cuisine…

          Je te conterai la suite dans une prochaine lettre,

          À bientôt ma douce et tendre.

          Ton Lorgan
          Dernière modification par Zorick, 29 mars 2021, 20h04.

          Commentaire


          • #6
            Journal quotidien Entrée #42

            Voilà déjà des semaines que tu es dans l’autre monde mon amour… Il n’y a pas une journée sans que je pense à toi…

            Nous sommes toujours dans cette villa et nous venons de justesse avec Grim d’échapper à un piège mortel. Nous ne sommes décidément par sorti d’affaire ici.
            Dans la chambre avant de redescendre à la cuisine, mon compère décide de faire une détection de la magie. Il n’y a rien dans la pièce ni dans la pièce de maquillage ni sur le balcon. Par contre la magie est bien présente dans la chambre avec cette foutue armure. A côté du balcon dans la chambre, une force magique se fait ressentir.
            Dans le hall d’entrée, le chambellan est afféré à se rincer les yeux sur la femme de ménage.
            On se réuni avec le groupe dans la cuisine. Vistra propose de s’occuper des valets pour ne pas risquer de se faire repérer. D’un commun accord, Grim et moi allons nous occuper du chambellan et les autres de la servante. En étant invisible il ne devrait pas y avoir trop de difficulté. Nous arrivons devant le chambellan, Grim déguisé se met devant lui pendant que je passe par derrière et le bâillonne. Au même moment, Helena surgit dans la pièce et plaque la femme de ménage au sol. Aussitôt elle nous fait signe de nous baisser et de se taire car elle a aperçu deux hommes à la fenêtre. Nous voulons cacher les prisonniers au nombre de trois dans la chambre de la duchesse.
            En passant Grim accroche une statue de cire et la fait tomber ce qui fait un énorme fracas et sans tarder, des bruits de pas se font entendre à la fois à l’étage et au rez de chaussée, nous nous préparons au combat.


            ÉTAGE
            Helena se jette sur la première personne, un homme maigrichon, mais il esquive son attaque. Il jette un sort et s’entoure d’une aura colorée. Deux diablotins invisibles surgissent à côté d’elle. Puis l’homme se réfugie dans la chambre et s’enferme. Héléna annihile sans trop de difficulté les deux diablotins et descend nous aider en bas.

            REZ DE CHAUSSÉE
            La porte derrière laquelle s’était caché Grim s’ouvre violemment et l’assomme brièvement. Reya transperce deux gardes qui étaient à sa portée. Cinq autres gardes emboîtent le pas, c’est à ce moment que Vistra décide de charger en plein milieu pour essayer d’attirer leur attention. Cette stratégie paye et par la même occasion nous assistons à une démonstration d’esquives dans la pure tradition naine. Nous entendons une voix venant de l’étable criant « Ils sont là », quatre gardes se joignent à la mêlée. Après un échange de coups çà et là, le combat se termine.

            Pendant que nous étions occupés, l’homme s’est faufilé hors de sa cachette profitant du combat en cours et essaye de s’échapper par une fenêtre dans le hall, Vistra se lance à sa poursuite et tente de l’immobiliser mais il résiste au sort. Grim à son tour pointe son épée et lance une décharge occulte ce qui a pour effet de le projeter à travers la fenêtre et on entend un cri puis plus rien. Un palefrenier nous a repéré, Helena arrive à le plaquer au sol mais la milice nous repère et appelle des renforts.
            Nous nous hâtons dans le bureau pour essayer de trouver des preuves. L’armure s’anime à notre arrivée alors que Vistra portait sur son épaule le cadavre du maigrichon. Pendant que mes compagnons combattent cette chose animée, je fouille la pièce. Ne trouvant rien, je monte à l’étage suivi par Helena. On entend les coups portés par Grim résonner dans toute la pièce. Il n’y a pas de livre à l’étage mais par contre deux prisonniers présents nous crient que des diablotins sont cachés dans la pièce. Ils me surprennent et je tombe inconscient après avoir pris leurs deux attaques. Reya vient me stabiliser et demande à Lorgan de venir me soigner en criant. Les deux diablotins se font terrasser. Helena arrive à libérer un des deux prisonniers qui essaye de sortir par la fenêtre mais elle arrive à le raisonner. Reya libère l’autre prisonnière. Le combat qui fait rage en bas, tourne à l’avantage de l’armure. Vistra commence à sortir du bureau, je la suis. Grim s’est fait prendre à parti par l’armure et réussi de justesse à survivre. Reya insiste pour couvrir tout le monde et demande à ce que l’on sorte le plus vite possible. Grim tombe au sol, il ne reste plus que Reya qui a récupéré l’arme magique de Grim. L’armure tombe en miette après deux énormes coups assénés par Reya. Lorgan soigne Grim.

            - Le prisonnier nous interpelle : « Attendez attendez je suis Orûnmar, percepteur d’impôt, je suis un bureaucrate. Vanthampur m’a emprisonné quand j’ai essayé de la taxer ».

            Quelqu’un frappe au portail et demande si tout va bien. Orûnmar le convint de s’en aller en lui disant qu’il va faire son rapport dans quelques jours. Helena reste avec lui lorsque la milice arrive. Après un échange succinct, la milice accompagne le percepteur.
            Nous décidons de nous reposer dans le manoir avant de le fouiller vraiment de fond en comble. Dans une chambre à l’étage nous déverrouillons un coffre qui contient un anneau avec le symbole des Vanthampur. Dans le bureau de nombreux livres sur les diables sont sur des étagères. Helena en collecte quelques-uns pour pouvoir faire son rapport aux poings enflammés. Reya insiste pour que l’on trouve le grand superviseur. La prisonnière nous remercie de l’avoir sauvée, elle s’appelle Chaleen, elle est architecte des égouts. Elle était en charge de l’extension qui devait passait sous les thermes et prend la décision de ne plus jamais faire ce métier. Elle prend congé. Après moultes recherches infructueuses dans le manoir, nous allons explorer le sous-sol. Derrière une porte, nous trouvons un diable barbu en train d’affuter une vouge. On se jette sur lui, il n’a eu aucune chance. Nous nous trouvons dans une sorte de prison. Nous libérons un homme typé du Sud et une femme.

            - Je suis dame Satyr de la famille Uhn, ma famille est très influente dans la ville, je témoignerai contre les Vanthampur, nous dis la femme d’une voix peureuse.

            - Je suis Falaster Fisk, dit calmement l’homme. Nous avons entendu des rumeurs comme quoi le grand superviseur était ici. Je suis venu investiguer sur le sujet et je représente une personne intéressée qui travaille à château Suif, un érudit. Je suis persuadé que le grand superviseur Thavius Kreeg a signé un pacte avec un archidiable. Avez-vous trouvé une petite boite ou quelque chose ? Est-ce que je peux la voir ? C’est une boite puzzle infernal, elle sert à entreposer les pactes fait avec les vivants. Elle est réputée inviolable. Elle pourrait contenir le contrat. Je travaille pour une jeune érudite nommée Sylvira Savikas à château Suif. Je vous propose de la rencontrer. Je vais faire mon rapport et nous nous reverrons.

            Nous reprenons l’exploration pendant que Lorgan remonte cherche un livre qui sera notre laisser passer pour château Suif. Nous arrivons devant une porte, par le trou de la serrure nous voyons le grand superviseur agenouillé devant un bouclier en or. Reya a beaucoup de mal à y croire. Elle rentre en premier. Dame Satyr rentre dans la pièce également en fixant le bouclier l’air ébahit. Le grand superviseur se retourne et nous remercie de le sauver. Un sort de vérité est lancé par Vistra. Il n’arrive pas à répondre sans mentir. Reya insiste. Il a été invité par Dame Vanthampur lorsque la ville s’est vaporisée.

            - Voici le bouclier qui appartient au seigneur caché « Gargauth ». Oui alors, nous pensons que le bouclier ici est la source de toute la corruption qui frappe la ville. Nous sommes en négociation avec l’achidiable. Nous pensons qu’il veut faire la même chose avec la ville de Baldur. La famille Uhn et moi-même pouvons parler avec ce bouclier. Pour Elturel nous avions passé un pacte il y a 10 ans. L’accord passé avec Zariel nous avait dit que passé ce délais la ville serrait à lui.

            Dame Satyr essaye de s’enfuir en entendant le grand superviseur et Grim l’en empêche : « Ce bouclier a été volé il y a dix jours, il était entreposé dans notre crypte. Mes ancêtres sont de grands guerriers. Laissez-moi je suis innocente »
            Sur l’ombre de Krieg nous pouvons distinguer des ailes. Elles sont le symbole de sa culpabilité pour ne pas avoir pu protéger le peuple d’Elturel. Madame Vanthampur voulait se débarrasser du Duc qu’elle jugeait comme étant son rival. Elle était au courant de ce qu’il allait se passer et a donc organisé ce convoi.
            Elle voulait régner sur la porte de Baldur. Le grand superviseur a été abandonné par son dieu. Il est rongé par la culpabilité. Le bouclier a le pouvoir pour engloutir la ville.
            Helena place le grand superviseur en état d’arrestation. Reya nous dit que sa tache ici est fini, elle va regrouper les membres des cavaliers de l’enfer même si leur raison d’être n’est plus.
            Vistra récupère le bouclier qui permet de parler à l’achidiable Gargauth. Nous trouvons huit coffres contenant la fortune des Vanthampur.
            Helena prend les deux prisonniers (le grand superviseur et Dame Satyr) pour les amener aux poings enflammés en faisant son rapport. Nous sortons du manoir par les égouts. Nous tombons sur Amrik que nous avions laissé attacher avec la gorge tranchée. Il n’y a pas de marques, cette exécution a été fait par un professionnel.
            Après 45 minutes Helena revient avec les prisonniers en tendant un parchemin à Vistra. Tous nos noms ainsi que celui Reya sont inscrits avec une prime d’une centaine de pièce d’or chacun pour notre capture ou notre mort. Ces parchemins sont placardés sur les murs de toute la ville.
            La personne qui a prévenu Helena en lui donnant le parchemin était Bloodwhitle.

            Reya tue le grand superviseur après avoir entendu sa complainte sur le fait qu’il ne se faisait pas d’illusion et qu’il allait mourir soit par le poing enflammé pendu ou soit par notre main. Grim s’approche de la dame Satyr et lui coupe la tête, Reya lance en soupirant « que le juges aillent aux diables ».
            Reya prend congé et nous convie d’aller au petit Calimshan dans la taverne ‘la chope pleine’ où elle va aller se reposer avec quelques-uns de ses hommes.
            Dernière modification par Jyod, 02 mai 2021, 13h09.

            Commentaire


            • #7
              Je dois encore arriver à comprendre ce que j'ai vu et réorganiser mes pensées. Mais à l'instant comment vais-je l'annoncer à mes compagnons, mes anciens compagnons peut-être. Je ne sais pas ce qu'il reste des Cavaliers de l'Enfer. Nous qui protégions les routes commerciales autour d'Elturel et garantissions la sécurité des caravanes et marchands autour de ma ville bien aimée.

              Thavius Kreeg, le Grand Superviseur, prêtre de Torm le dieu de la noblesse et de la droiture. Qu'était-il vraiment ? Le sort de vérité jeté par Vistra ne laissait pourtant aucun doute. Il a pactisé avec Zariel, archiduchesse de Baatar, souveraine en Avernus et Deva déchu. Thavius nous a à demi-mot avoué que l'orbe céleste, l'artefact bienfaisant qui rayonnait à Elturel et faisait que jamais nous ne connaissions la famine ou le besoin, était réellement un cadeau des Neuf Enfers ?
              Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		elturel_2.jpg  Affichages :	0  Taille :		4,35 Mo  ID : 			625

              Elturel la magnifique, avant que l'Averne ne l'engloutisse.












              A l'intérieur de cet orbe se trouve un un céleste emprisonné par Zariel et passé 15 ans la ville devait revenir à l'Archiduchesse ? Cela semble tellement improbable, impossible, et pourtant. Les signes étaient peut être là, sous nos yeux. Cela faisait fort longtemps que Kreeg n'officiait plus comme jeteur de sorts, se dévouant aux taches administratives. Torm l'aurait abandonné et privé de ses pouvoirs et nous n'avons rien vu, trop occupés à chasser le brigand et nous avons ignoré le mal alors sous nos yeux. Peut être est-ce une leçon de Torm, que nous devons toujours nous méfier de tout et chasser le mal partout où il peut se trouver.

              Thavius dans ses derniers moments m'a donné l'impression d'être un lache, un faible qui s'est trouvé avec des responsabilités trop importantes pour ses épaules. Un couard ayant une position qu'il a usurpée par des moyens infernaux. Et dans un moment de panique il aurait pactisé avec les Vathampur de la Porte de Baldur et a tenté de se trouver une autre divinité en la présence de Gargauth. Gargauth l'archidiable ayant disparu il y a des siècles (pour des royaumes remplis de règles les Neuf Enfers ont une politique qui semble affreusement instable).

              Donc si j'essaye de faire un point sur les individus :

              - Zodge, capitaine du Poing Enflammé, nous rend collectivement responsables de la trahison de Kreeg (dont il ignore même les tenants et aboutissants, où du moins c'est ce qu'il semble) nous les Cavaliers de l'Enfer. Il a ordonné notre arrestation à vue et Hélena si elle ne semble pas pressé de suivre cet ordre pourrait changer d'avis sur la question.-


              - Liara Portyr, niece du grand duc Ulder disparu à Elturel, est la nouvelle femme forte du Poing et à mis notre tête à prix, la notre et celle des membres du Serment de l'Etoile, à peine le pied à terre. Elle est revenu en effet en urgence de Fort Béluarian de la péninsule de Chult.

              Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		Liara_Portyr.jpg  Affichages :	0  Taille :		64,8 Ko  ID : 			626
              Liara Portyr, prochaine grande duchesse de la Porte et du Poing ? Elle est destinée à avoir le bras long.












              - Grande Duchesse Vantampur : morte, elle vénérait Zariel et selon les informations acquises auprès de ses proches elle voulait faire passer la Porte de Baldur en Averne comme Kreeg l'a fait pour Elturel. Sauf qu'elle n'avait pas peur de faire le voyage avec et se voyait même magistrate suprême de la Porte en enfer. Un trésor sumptuaire dans son sous-sol laisse penser qu'elle a rapatrié le trésor de Tiamat et l'a caché. Elle joue un jeu très dangereux et ses ambitions lui ont couté sa tête.

              - Gargauth : selon Kreeg il est emprisonné dans le bouclier que nous avons trouvé. Actuellement en la possession de Vistra elle peut le garder, que ce diable y reste et n'en sorte pas.

              - Hélena : semble de bonne foi, de toute façon avec sa tête mise à prix elle est dans le même sac que nous.

              - Le serment de l'étoile : eux ils sont dans la même pagaille que nous et nos intérêts pour le moment s'alignent, enfin leurs motivations semblent certes moins nobles mais avec leurs portraits placardés partout en ville ils sont contraints de nous suivre.

              Pour le moment ma meilleure piste est d'ouvrir cette fichue boite, peut être que cet érudit de Château en saura plus. Avec le contrat signé entre Kreeg et Zariel nous pourrions peut-être démontrer notre innocence. Si le Poing ne nous arrête pas à vue et qu'un jeune ambitieux voulant sa promotion ne nous pende pas sans autre forme de procès.

              Ce qui m'inquiète c'est qu'avec l'état de décomposition des Cultes du Dragon d'un côté et des Trois Morts de l'autre il y a une place vide et il ne fait aucun doute qu'un autre organisation maléfique cherchera à faire son nid et prendre le pouvoir de l'ombre.
              La liberté est la règle, et la restriction, l'exception
              Corneille, commissaire du gouvernement, 1917

              Commentaire


              • #8
                Randall, si tu es passé à la porte de Baldur, j'imagine que tu sais dans quelle panade je suis.
                Mais rassure Mamie si tu la voies, tout ça sera bientôt réglé et je pourrais tout te raconter.
                Les rumeurs ont déjà du circuler sur les crimes dont on nous accuse.

                Je dois t'avouer qu'au moins une est vraie.
                Mais continues à lire, je te jure que j'ai une explication.
                Oui, on a tué pas mal de gens dans la villa vanthampur, mais c'était de la légitime défense : personne là-bas ne voulait nous laisser partir en vie.
                Parce qu'on avait mis à jour un complot qui menaçait la ville.
                Les vanthampur avaient conclu un pacte avec Zariel, une duchesse des enfers (on dit archi-diablesse, du coup?).
                Et tiens-toi bien, c'est exactement le même que le superviseur Kreeg avait conclu.
                Oui, Elturel a disparu suite à un contrat foireux et la porte de baldur devait subir le même sort.
                Apparemment, il fallait d'abord transformer la ville en enfer métaphorique avant de la transporter en enfer littéral.
                C'est à ça que devaient servir les 3 morts. Le trésor des écaillistes devait les payer pour qu'ils fassent leurs rituels infernaux.
                Ils avaient aussi quelques prisonniers qu'on a libéré, dont une tarée qui nous a attaqué pour prendre un bouclier que Vistra a récupéré.
                Faut dire que le-dit bouclier contient un seigneur infernal qui aidait les vanthampurs pour envoyer la porte en enfer.

                On a aussi libéré un comptable qui aurait dû expliquer au Poing qu'on étaient pas les méchants, mais visiblement, ça n'a pas suffit.
                Il y avait aussi un calimshite appelé Fisk, qui nous a aidé pour la suite.
                Sortir de la ville a été la partie facile, tu penses: avec tout ces réfugiés à tabasser, les gardes n'ont pas une seconde à consacrer aux fugitifs.
                On s'est arrêté au Petit Calimshite où Fisk nous a appris que Le Zentharim est probablement de la partie.
                C'est surement pour ça que cet empaffé de Zodge nous a désavoué.
                Mais tout n'est pas noir, puisque le gars nous dit qu'une boite bizarre qu'on a trouvé sur un des gosses de la duchesse est en fait un puzzle infernal, une espèce de coffre magique qui sert spécifiquement à stocker des contrats infernaux.
                En gros, ça contient toutes les preuves qu'il faut pour que le parfum d'héroïsme couvre tout le reste.
                Et le gars bosse pour un sage à ChateauSuif spécialisé dans ce genre de gadget.
                Le plan est simple, du coup : on va à la bibliothèque, on ouvre la boite, on donne les papelards au conseil de la porte et on récolte l'amnisitie et la gloire.

                En attendant, on a du passer le pont des vouivres sous la paille.
                Et sitôt sortis de la paille pour prendre une place un peu plus confortable, on s'est fait attaqué par un cambion. Un Cambion!
                Il a esquivé tout mes tir d'Ombre Acérée, en plus. Ombre acérée, c'est le nom de mon arme. C'est une épée magique que j'ai forgée moi même. Elle fait plein de trucs, mais elle est un peu froide au toucher.
                Enfin bref, on en est venu à bout et on a pu savoir qu'il en avait aussi après le bouclier.
                ça veut dire qu'en plus du poing enflammé, des trois morts et des écaillistes, on a aussi une société secrète de démonophiles aux fesses.
                Vivement que ça s'arrête.

                Et ça devrait être pour bientôt.
                Parce qu'on est à Brasamical, là.
                Demain soir, on sera à Chateausuif et après une bonne nuit de sommeil, on ira voir cette archimage qui règlera tout nos soucis et arrêtera cette histoire de plonger la porte dans les enfers.
                Mais au cas où, évite quand même la Porte quelque temps.
                Passes le mot.

                Grim
                La liberté, bientôt...

                Commentaire


                • #9
                  Rapports d'Helena

                  Je ne sais plus trop bien pour qui je rédige ces rapports, ma hiérarchie s’étant retournée contre nous sur des mensonges et, je le crois, de la corruption. Un jour peut-être quelqu’un lira ces lignes et aura une autre perspective sur ces événements alors que je regarde le ciel rouge d’Avernus et cette sphère de ténèbres dominant la ville d’Elturel.


                  Sans parler de cet interlude à Châteausuif à l’auberge du Luciole. Etrange affaire que celle-là. Une sorte de malédiction sur cette auberge faisait fredonner une chanson horriblement ennuyeuse à tous ses résidents, notre groupe, le Serment de l’Etoile, inclus. Notre barde, le Vieux Monsieur, en fut le plus affecté car ses capacités étaient totalement perturbées par cette malédiction.
                  Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		Candlekeep_artwork.jpg  Affichages :	0  Taille :		31,5 Ko  ID : 			707









                  La garde de Chateausuif nous mis en quarantaine le temps qu’ils établissent la situation. Nous nous trouvâmes alors cloisonnés dans l’auberge entourée de gardes avec les clients et le patron de l’établisssement :Ebder Amepierre, et sa petite fille Gailby.

                  L’attente fut longue et certains clients de l’auberge perdirent leur sang-froid, ne pouvant s’empêcher de murmurer cette horrible comptine. En explorant les chambres et le sous-sol de l’auberge nous découvrions une brique instable derrière laquelle se trouvait un crane desséché et murmurant cette comptine, les deux étaient évidemment liés. Nous l’apprendrions plus tard mais il s’agissait du crâne d’un certain Yowen Pilt, un marchand de livres venu à Châteausuif il y a plusieurs siècles. Ce Yowen mourut dans l’établissement et son corps fut scellé sous la forteresse afin de cloisonner la malédiction qu’il portait. Bien entendu ce fut il y a tellement longtemps que tout le monde ici l’avait oublié.

                  La réponse vint de la chambre de la petite fille Gailby, c’est elle qui avait en fouinant remarqué cette pierre instable et ressorti le crâne, se maudissant la première. Elle sorti de sa chambre, éclaboussée de sang et tenant une petite boite musicale avant de perdre connaissance. C’est là que la situation dégénéra. Un client, un tabaxi, tentant une sortie en force, sans succès et une force mystérieuse commença à prendre possession des nôtres. Nous commençâmes à nous en prendre les uns aux autres jusqu’à ce que quelqu’un jette un sort de silence. Ce dernier mis fin à la mélodie et nous reprîmes la main sur la situation.

                  Nous avions à nous le contrôle, mais sans illusion sitôt sortis du périmètre du sort, la chanson reprenait le dessus. Nous étions bien maudits. Ce sera avec l’aide de l’archimage Sylvira, que nous étions venus rejoindre en premier lieu, que nous compriment que la boite à musique était cassée. Une fois réparée la musique se conclue et un spectre en sorti. Ce combat fut bref comparé à ce que nous avions vécu. La musique était en fait un rituel d’invocation destiné à libéré ce monstre.

                  Varnyr, un scribe elfe présent dans l’auberge pendant toute l’affaire, nous remercia d’avoir résolu ce mystère et nous donna un sac sans fond en récompense. Falaster Fisk, et Sylvira Savikas nous invitèrent dans la grande bibliothèque pour retourner à nos affaires.

                  La tieffeline, archimage de Châteausuif, avait ses offices dans une tour de la grande bibliothèque. Elle devait être vraiment influente. Elle s’intéressa d’abord au Bouclier du Seigneur Caché porté par Vistra. Elle nous confirma que l’entité présente dans le bouclier n’était autre que Gargauth, archidiable déchu et prisonnier du bouclier. Vistra, le reste du groupe, et Sylvira tombèrent d’accord sur le fait que le bouclier devait être enterré le plus profondément sous la forteresse. Espérons juste que cela ne fasse pas comme la boite musicale.

                  La boite à trésor trouvée dans la résidence Vanthampur confirmait ce que nous pensions. Le Grand Superviseur d’Elturel avait signé un contrat avec Zariel, déclarant éternelle fidélité à cette dernière. Ce qui fut nouveau pour nous fut que les habitants d’Elturel devaient aussi prêter un serment envers la ville, dont le Grand Superviseur était le représentant, faisant d’eux des servants de Zariel par voie de conséquence. Cette nouvelle fit s’effondrer Reya en larme comprenant que la ville s’était elle-même offerte à Zariel sans le savoir.

                  Notre prochaine étape était claire, aller en Avernus et trouver un moyen de faire revenir Elturel. Nous ne pouvions de toutes façons pas revenir à la Porte dans l’état. Pas avec nos têtes à prix. Un seul archimage pouvait nous envoyer dans l’Avernus sur un délai si court, Traxigor ayant résidence à l’extérieur de la ville. Nous nous rendîme à sa tour à dos de griffons, gracieusement fournis par Sylvira.
                  Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		Candlekeep2.jpg  Affichages :	0  Taille :		146,1 Ko  ID : 			706









                  Traxigor, sous forme de loutre parlante, nous accueillit dans sa tour avec un petit éléphant doré volant nommé Lulu. Traxigor accepta de nous téléporter à Elturel en échange de quoi nous devions accepter la présence de Lulu, timide et réservée éléphante. De toutes façons il fallait faire quelque chose, le temps que Traxigor prépare son sort nous prenons notre repos bien mérité. Grace à son rituel nous fûmes « transplanés » en Avernus.

                  Et me voici ici dans cette ville sous un ciel rouge. La sphère connue sous le nom de « compagnon » trônant au-dessus de la ville était devenue sombre, des éclairs frappant la ville ponctuellement en sortirent régulièrement. Le plus frappant, ce furent ces piliers gigantesques entourant la ville et la soutenant par des chaînes géantes comme si elle était suspendue par des chaines. Traxigor pris discrètement congés de nous, probablement pour trouver un endroit calme et retourner à sa tour.

                  Grace à son familier chouette, Grim nous confirma notre impression. La ville était suspendue par les piliers au-dessus d’une rivière de lave. De la rivière des créatures difformes en sortaient, Grim disait qu’il s’agissait de démons, ennemis viscéraux des diables, et sur la berge une armée de diables les attendait.
                  Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		EaYrB8hWoAAE_qL.jpg  Affichages :	0  Taille :		226,6 Ko  ID : 			708









                  Nous étions bien en enfer.
                  La liberté est la règle, et la restriction, l'exception
                  Corneille, commissaire du gouvernement, 1917

                  Commentaire


                  • #10
                    Elturel, ancienne capitale informelle des paladins de Torm, le dieu de la noblesse, prisonnière d'Avernus. Selon Grim la première strate des neufs enfers. Grim nous en apprîmes suffisamment sur la politique des créatures locales. Les diables, ou Baatezu sont gouvernés par des archidiables et ont une conception très verticale de la hiérarchie. Ils sont persuadés que le mal doit être structuré et fonctionner comme une dictature. Leur monde, Baator, et divisé en neuf strates d'où le nom de "Neuf Enfers".

                    Leurs ennemis héréditaires sont les démons, ou Tanar'Ri, qui vivent dans les Abysses. Les Abysses elles sont divisés dans un nombre inconnu de strates, probablement l'infini. Les Tanar'ri sont innombrables et attaquent régulièrement l'Avernus, théâtre principal de la guerre de sang opposant ces deux espèces. Les diables sont en infériorité numérique comme qualitative. Ce qui les sauve est le manque total d'organisation des Tanar'Ri. Pas que ces derniers soient idiots, mais ils croient fermement dans le fait que le mal le plus absolu ne peut qu'être chaotique. Ce conflit idéologique rend ces espèces irréconciliables et est maintenant gravé dans leur sang. Entre les deux espèces se trouve les Yugoloth, qui eux se contrefichent de savoir pour qui ils se battent tant qu'ils sont payés. Ces trois espèces sont dans le "jargon spécialistes" collectivement nommées les fiélons.
                    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		The_Abyss.jpg  Affichages :	0  Taille :		112,9 Ko  ID : 			715









                    Les démons attaquent les diables en contrebas et ralentissent l'invasion de la ville, malgré eux. Partout autour de nous des clameurs et des bruits de combats. Grim utilise sa chouette familier pour repérer la ville en hauteur et Reya, qui était capitaine de l'ordre des Cavaliers de l'Enfer, connait cette dernière à la perfection.

                    Nous sommes du côté est de la ville, séparé de l'ouest par trois ponts. De notre côté se trouve l'ancien marché et surtout la taverne de la Paire de Bois. De l'autre côté se trouve le Grand Hall et le Cimetière. Cette dernière taverne était fréquentée par les paladins de Torm et du ciel Grim nous a décrit un bataille ayant lieu à l'entrée de cette dernière entre des diables et une adversaire inconnu tapis dans la taverne.

                    Nous prîmes la décision de nous mettre en route vers cette taverne pour tenter de prendre contact avec des paladins survivants. En chemin nous pûmes croiser de fer avec quelques diables barbus tentant de prendre une jeune mère de famille et son bébé comme prise de guerre. Ce fut une bonne action, mais maintenant nous avons deux vies en plus sous notre responsabilité.

                    Arrivé devant la taverne, plus de diables barbus et aussi des diables épineux étaient aux prises contre des minotaures. C'était inattendu, mais ces derniers semblaient nous ignorer pour se concentrer sur les diables. Dans la fureur de ce combat on peut voir la haine entre ces deux espèces.

                    Avec notre aide les minotaures prirent la victoire. Leur chef, un certain Corowek, ordonna a ses troupes de nous laisser lui parler. Sur Toril, mon monde, les minotaures sont des bêtes sanguinaires dénuées d'intelligence, mais ceux-ci semblent capables de raisonner.

                    Leur véritable nature nous fut révéler, il s'agissait de servant du prince Démon Baphomet. Ils se sont introduit dans la ville par des moyens qu'ils ne veulent pas partager avec nous, profitant de la confusion causée par la guerre qui se passe en contrebas au bord du Styx.

                    Ils sont maintenant coincés ici et nous proposent alors un marché, on trouve un moyen de les aider à quitter la ville, en échange de quoi ils nous laisse nous reposer ici et leur chef nous donne une épée bénie. La prendre le blesse alors il ne peut pas s'en servir. Etant la guerrière la plus qualifiée du groupe je pris la lame, je tenais dans ma main la Sainte Vengeresse. L'Epée mythique de l'ordre des paladins de Torm.
                    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		holy-avenger.jpg  Affichages :	0  Taille :		58,4 Ko  ID : 			717









                    Ici à Baator, même les félons et traitres sont contraints par la nature même de ce monde à respecter les pactes passés, même la reine et déesse des dragons, Tiamat, en a fait les frais. Nous savions donc que l'accord était sûr.

                    En voyant la lame alors Reya nous raconta l'histoire du nom des Cavaliers de l'Enfer. Il y a plusieurs siècles des diables tentèrent déjà de prendre Elturel, mais cette tentative se fit par la force et non la ruse. Une armée de diables attaqua la ville encore à Toril. C'est là que Zariel, ange solaire du Mont Olympe, envoyée par Torm lui même, guida les chevaliers et la milice de la ville et repoussa les diables jusqu'à leur portail menant à Avernus. Elle ne s'arrêta pas là et chevauchant un mammouth doré elle chargea avec les cavaliers les plus téméraires dans la porte jusqu'en enfer combattre les diables. Ainsi le nom des "Cavaliers de l'Enfer" resta, mais la charge était désespérée et maintenant Zariel est au service d'Asmodée et garde la première strate de Baator contre les envahisseurs démons.
                    Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		EQYYKzCUUAAunQn.jfif  Affichages :	0  Taille :		1,18 Mo  ID : 			718

                    La liberté est la règle, et la restriction, l'exception
                    Corneille, commissaire du gouvernement, 1917

                    Commentaire


                    • #11
                      Mais puisque je vous dis que j'y étais !
                      Laissez-moi vous raconter la fois où, avec mes compagnons du moment, nous avons libéré le Duc Ulder des griffes de Baphomet, à Elturel, en Averne.

                      Nous venions d'arriver sur ce maudit plan des enfers, et notre intuition nous avait menés vers une auberge en plein siège, et détenue par des minotaures démoniaques venus ici pour en découdre avec les diables. En échange d'une épée magique, nous acceptions une sorte de statu quo entre nous deux groupes, mais aussi de les aider à partir d'ici. Le Grand Hall était probablement l'endroit le plus à-même de contenir encore des alliés dans cette ville déchue. Nous décidions alors de partir d'ici et d'amener avec nous une civile et son enfant pour les mettre en lieu sûr.

                      Grim avait une sorte de Chouette comme familier. Il s'en servait pour jouer les éclaireurs et anticiper les difficultés sur le chemin. Le meilleur moyen de traverser la ville était de prendre le pont central. Un système de piliers avec des runes semblait installé à l'entrée et à la sortie du pont, il s'agissait d'un système de protection existant à Elturel, de l'époque où Torm était vénéré. Bref, en chemin, nous avions croisé tout un tas de goules, puis sauvé un halfelin avant qu'il ne vende son âme à un diable contre de la nourriture. Tharmekûl m'avait alors aidé à invoquer de la nourriture et de l'eau pour toute sa famille. La civile qui nous accompagnait avait d'ailleurs décidé de rester là. Nous avions ensuite tenu une discussion philosophique avec un Vrock, et je ne vous raconte pas de salades, à la suite de quoi il nous avait donné une information importante : les tanar'ri tentaient d'ouvrir un portail dans les sous-sols de la ville pour la connecter aux abysses et assurer leur invasion. Quelque chose d'assurément effrayant, mais nous ne savions pas à ce moment-là si c'était la vérité. Qui ferait confiance à un démon ?

                      Nous tombions ensuite à nouveau sur des goules, et décidions d'amener avec nous une petite orpheline pour la mettre à l'abri. Arrivés au pont, Grim aidé de ce satané elfe de Lorgan, parvinrent à activer les runes de Torm, et tous les diables sur le pont partirent en fumée. Au bout du pont, une sorte de cavalier de feu sur son sombre destrier nous attendait, et nous décidâmes de le canarder à distance, ce qui le fit tourner les talons... pour le moment.

                      Nous arrivâmes enfin au fort du Grand Hall. Le lieu était alors assiégé de toutes parts. Nous décidâmes de nous attaquer à un groupe constitué d'un abishai blanc et de plein de cultistes au service de Tiamat. Lulu, le petit éléphant volant qui nous accompagnait, nous fit la démonstration de ses pouvoirs impressionnants. Nous nous fîmes un chemin dans la cathédrale afin de rejoindre la crypte où se trouvaient tous les réfugiés. En effet, dans le groupe se trouvait Reya, capitaine des cavaliers de l'enfer, qui connaissait le lieu comme sa poche, et ses passages secrets. Nous vîmes les conditions affreuses dans lesquelles étaient enfermés des milliers de survivants, avec pour seule aide un poignée de prêtres fatigués. Les fiélons ne semblaient pas pouvoir s'approcher à cause du cadavre intemporel d'une cavalière de l'enfer d'un autre temps et son épée.

                      Nous décidions de rejoindre le cimetière par les cryptes, en utilisant toutes les astuces dont nous disposions, afin de retrouver le duc Ulder et ses soldats du Poing Enflammé. Nous parvinrent à rejoindre une salle dans laquelle un homme semblait asservi par son casque. Je supposais qu'il était en proie à une bataille entre Torm et une autre entité. En tentant de rentrer en contact avec Torm, ce dernier m'envoya des images assez confuses, mais je compris qu'il affrontait Baphomet, un sorte de minotaure géant, pour prendre le contrôle du duc. Des minotaures nous tombèrent dessus en arrivant d'on-ne-sait-où, probablement d'un portail planaire. Après nous être débarrassés d'eux, nous allions retrouver une prêtresse pour aider le duc à quitter ce maudit casque. C'est ainsi que nous venions de sauver le duc des griffes de Baphomet.

                      Exténué, le duc Ulder eut besoin de repos avant de nous expliquer la situation. Il voulait d'abord des nouvelles de la Porte de Baldur, il fut déçu d'apprendre que Llara Portyr avait pris sa place : pour lui, elle était forcément corrompue. Il nous donna l'étendue des visions qu'il avait eu, emprisonné dans le casque : c'était l'histoire de Zariel et de son arrivée en Averne, sur sa monture : un éléphant volant géant. Apparemment, la bataille avait tourné au fiasco et l'éléphant s'était enfui, rencontrant 2 kenkus avec un véhicule étrange. Ces derniers avaient aidé l'éléphant à construire une forteresse autour de l'épée perdue de Zariel. Pour moi, cela confirmait que Lulu, cette petite éléphante qui nous accompagnait, n'était autre que la monture de Zariel. D'ailleurs, c'est à ce moment-là que l'éléphante surexcité se fit la malle. Elle revint quelques temps plus tard avec des informations importantes : elle se souvenait de la forteresse, il s'agissait de Fort Phalange, et les 2 ferrailleurs kenkus se nommaient Chuka et Clunk.

                      Le duc nous apprit également qu'une espèce de nécromancien mort-vivant détestant les démons hantait le cimetière, et qu'il avait laissé un bonne partie de ses hommes dans le temple de Heaume.
                      Mais rapidement, des bruits de bataille nous arrivèrent de l'extérieur : c'était les minotaures qui étaient arrivés probablement en nombre pour nous botter le train...

                      Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		minotaure.jpg  Affichages :	1  Taille :		36,5 Ko  ID : 			734

                      Commentaire


                      • #12
                        Ma mémoire n'est plus aussi claire, le poids des années y faisant, mais je me souviens de mon incursion en Averne avec les compagnons du serment de l'étoile. Je me souviens surtout de notre irruption dans le temple profané d'Elturel et de la destruction du mort-vivant nécromancien Gidéon. Je souffrais à l'époque d'une perte de mémoire liée à l'échec de mon incursion précédente avec Zariel, alors Céleste avant sa corruption et sa déchéance.

                        Nous étions au Grand Hall de la ville, assiégé par une troupe de minotaures à la solde de Baphomet eux même pris en tenaille par des baatezus à la solde de Zariel. Les baatezus étaient mené par un narguzon, un ancien paladin, un déchu qui a vendu sa foi à la solde des dieux sombres, et ils avaient l'avantage sur les minotaures. En effet le lâche narguzon laissait diablotins et autres êtres qu'il voyait comme inférieurs servir de chair à mitraille et n'attaquait que quand il était certain de porter un coup décisif.
                        Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		Narguzon.jpg  Affichages :	0  Taille :		174,3 Ko  ID : 			738









                        Un à un les minotaures tombaient. Le serment de l'étoile ainsi profita de la confusion ambiante et pris la direction du Grand Cimetière et du temple du vigilant. Heaum, le dieu de l'ordre et de la loi avait un temple proche du cimetière de la ville. Les premiers signes de corruptions furent dans ce dernier et le temple était une étape de l'expédition d'UIder avant d'atteindre le cimetière.

                        Dans le temple, assiégé par de chétifs diables et des morts-vivants de bas étages, ce qui restait de l'expédition était bien maigre. Quelques chevalier de l'Ordre du Gantelet, des éclaireurs et des Cavaliers de l'Enfer tentaient de repousser les assiégeants. Ontharr Frume, le commandant de l'Ordre du Gantelet, fut sauvé et reconnu le groupe. Ils se sont en effet aperçu sur Toril, le monde de Féerune dont ils sont tous originaires, juste avant qu'Elturel ne fusse aspirée par l'Averne et Zariel.

                        Du haut du ciel je voyais les diables se regrouper devant le Grand Hall avant de redescendre rejoindre le reste des armées de Baator pour combattre l'incursion de Tanar'ri en contrebas des chaines suspendant la ville.

                        Avec la défaite définitive des forces abyssales en ville, les baatezu préféraient se concentrer sur leurs ennemis héréditaires plutôt que les rescapés. Le but définitif de Zariel était après tout de contrôler la ville et non de la détruire comme ce fut le cas pour Furiae.

                        Grim Kalibern, un membre du serment, ne m'inspirait guère confiance. Ceci encore moins quand il prit possession de l'arme d'un commandant fiéleux vaincu. Une lame Fléau des vivants. Cet espadon sentait l'énergie nécrotique et maléfique. Il prit le temps suite à la sécurisation du temple de faire un rituel et transférer son pacte sur cette lame, j'en ai encore des frissons. Ces lames étaient utilisées par les Chevaliers de Myrkul quand il trônait dans la Cité du Jugement il a bien longtemps.

                        Dans le cimetière d'Elturel, capitale des paladins si l'on puit dire, avait une chapelle dédiée à quatre divinités. Lathandre le seigneur de l'aube, Tyr le juste, Torm le noble et Heaum le vigilant. Les morts vivants semblaient avoir pris résidence dans ce lieu saint après l'avoir profané. L'entrée était gardée par des squelettes minotaures, probablement des serviteurs de Baphomet vaincus et ranimés à la solde de Zariel. Le combat fut violent mais le serment triompha. Dans la chapelle encore plus de ces squelettes étaient présents. Vistra la naine fut terrassée par un assaut d'une violence insoutenable et Héléna projetée contre un mur. Le serment émergea victorieux mais Lorgan se devait de ressusciter Vistra grâce à l'unique parchemin de résurrection en leur possession.

                        Gidéon, le nécromancien ayant pris résidence dans cette chapelle, sorti des sous-sols pour remercier le Serment d'avoir fermer le portail vers les Abysses. Cette courtoisie pris le groupe au dépourvu d'autant que Gidéon était accompagné de deux Yugoloths, des Mezzoloths à l'intelligence limitée.
                        Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		Gidéon.jpeg  Affichages :	0  Taille :		193,6 Ko  ID : 			740








                        En échange de ce qu'il considérait comme un service rendu à la ville il offrit l'hospitalité au Serment. Dans son esprit il se considérait comme le gardien légitime du cimetière sous l'autorité de Zariel. Archiduchesse légitime à ses yeux et autorité suprême sur la ville. Dans cette optique que le groupe ait fermé le portail en a fait des alliés à ses yeux contre la principale menace à sa "responsabilité" nouvellement acquise.

                        Le Serment trahit alors sa confiance et le détruisit en traitre. Mais même pris par surprise, il resta un adversaire terrifiant, jusqu'à la fin.
                        La liberté est la règle, et la restriction, l'exception
                        Corneille, commissaire du gouvernement, 1917

                        Commentaire


                        • #13
                          Ma chère et tendre Elerinna,

                          Par cette lettre, je viens te conter la suite de mes aventures.

                          Elturel complètement sécurisée, nous prîmes alors la décision de contacter Traxigor dit « le Furet » pour lui demander de nous fournir des provisions pour la ville. « Ville sécurisée ; duc en vie ; besoin de vivres ; point rendez-vous grand hall ; vite »

                          il nous répond : « je fais passé à sylvina, je retiens votre proposition »

                          Nous n’avions alors qu’un seul but, aller à Fort Phalange retrouver Chouka et Clunk, ils pourraient nous en dire plus concernant Lulu.

                          Nous prîmes la décision de sauter de la ville et de retomber telles des feuilles mortes. Une fois en bas, la notion du temps nous parut très différente. L’odeur du soufre nous empêche de respirer correctement et la nuit ne se couche jamais.
                          Dès lors, nous eûmes d’étranges sensations :


                          Grim à les bras qui s’allongent


                          Vistra à ses yeux qui émettent de la lumière


                          Helena à des griffes qui sortent de ses mains


                          Vieux monsieur à son corps qui a desséché


                          et moi une queue en forme de diablotin apparu

                          Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		257900360_493510445104517_4014018873360179443_n.jpg  Affichages :	4  Taille :		128,6 Ko  ID : 			774

                          En marchant pendant quelques minutes nous aperçut au loin un étrange bateau échoué. Cela nous intrigua et nous primes la décision de partir à son niveau. Par contre, nous avions un problème, traverser le styx, ce fleuve ou le sang coule. Sur le bateau, 4 insectoïdes mènent la garde.

                          Nous décidâmes de traverser. Grim gela le fleuve pour nous permettre de passer de l’autre côté. Malencontreusement, nous n’allâmes pas assez vite. Les insectoïdes nous attaquâmes sans attendre en nous lançant des carreaux de leurs balistes. Je me transformai rapidement en aigle et bondit sur eux. Une fois à leur hauteur, ils m’attaquèrent par surprise. Je crus y passer. Cela permit aux autres de monter sur le bateau. Nous arrivâmes assez facilement à les vaincre.

                          Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		257764378_1905520959617550_9149432144987821058_n.png  Affichages :	3  Taille :		561,8 Ko  ID : 			775

                          En fouillant le bateau, nous tombâmes nez à nez avec un certain Vorcas, un fiélon en forme de renard. Je menai les pourparlers, mais Vistra et Grim en décidèrent autrement. Il l’attaquèrent dans le dos. Mais ce fiélon ne se laissa pas faire et envoya un sort qui mis chaos Vistra en un mouvement de doigt. Fort heureusement vieux pu la soigner. Le fiélon se téléporta et nous envoya une sacrée boule de feux. Nous en échappâmes de justesse. Mais dès qu’il aperçut Lulu, il décida de nous quitter.

                          Nous portâmes assistance à la demi-elfe qu’il détenait. Pour nous remercier, elle nous proposa de nous amener directement à Fort Phalange.

                          Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		253831524_392327252537192_7004616673686253096_n.png  Affichages :	3  Taille :		674,0 Ko  ID : 			776

                          Une fois sur place nous trouvâmes Chouka et Clunk qui nous fit rencontrer Maguie la folle. Elle nous fit une étrange proposition, nous aider à faire retrouver la mémoire à Lulu et ce sans rien en retour. Étrange. Nous acceptâmes à regret, mais qui pouvait nous aider autrement ? En faisant, quelques recherches nous comprîmes qu’elle collectionnait les objets de Zariel. En résumé, elle voulait elle aussi récupérer l’épée de Zariel.

                          En faisant son rituel, nous nous retrouvâmes dans un rêve. Après plusieurs tergiversations, Lulu retrouva sa mémoire. Maguie, dans son élan de bonté, nous proposa de nous donner une information pour notre aventure. Si nous venons à rencontrer Sourire le profanateur, alors il pourra nous apporter son aide.

                          Je te conterai la suite dans une prochaine lettre,

                          À bientôt ma douce et tendre.

                          Ton Lorgan

                          Commentaire


                          • #14
                            Journal quotidien entrée #74


                            Me voilà dans de beaux draps… Avec ce corps tout desséché… Semi-croustillant… Il va falloir faire avec, pas le choix, ce qui est fait est fait, avançons dans notre quête.
                            Alors que nous sommes toujours à Fort Phalange, Lulu nous dit ceci : ‘Je me souviens, j’ai deux directions qui peuvent nous mener à la forteresse. Soit Les arbres bourgeonnant ou soit le choque démon’
                            Ces deux lieux nous ont été montrés pendant le rituel :
                            - des arbres déformés qui émergent d’une mare de sang
                            - un monument en forme e de mandibule de scarabée qui émerge du sol tout rouillé
                            Nous demandons d’utiliser le broyeur de démon, un gros véhicule avec une boule de démolition à l’arrière, un broyeur à l’avant et deux lances harpon, moyennant finance. Vistra s’occupe de régler la note.

                            Cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle   Nom : 		sogbq-b-02.png  Affichages :	0  Taille :		624,4 Ko  ID : 			784

                            Je me colle au pilotage de cette machine infernale, Vistra prend un harpon, Grim également, Lorgan se met au contrôle de la boule et Helena au broyeur.
                            Direction les arbres bourgeonnants, Lulu va nous guider du ciel.

                            Au bout d’un moment, en voulant éviter un rocher, la machine infernale a fait un tonneau et on s’est tous fait éjecter. Le pilotage de ce tas de ferraille n’est vraiment facile. Bon, on reprend la route après avoir l’avoir remis sur ses roues grâce à un sort de Grim.

                            Nous voyons de la poussière au loin, des créatures pilotant un autre broyeur de démon nous foncent droit dessus. Au cours du combat mécanique, le pilote adverse s’est fait éjecter assurant notre victoire. Nous faisons demi-tour pour récupérer des pièces d’âme, sorte de carburant pour ces machines des enfers. Après une explosion réalisée avec brio par Grim, le char ennemi explose.

                            On reprend la route, des arbres en fer en guise de paysage nous font face, et nous distinguons de pauvres hommes en armure empalés. Ils sont encore vivants. Mais l'un d’eux très pâle se fait injecter du sang par des stryges qui volent au-dessus de nous. En voyant cet effroi, Lorgan se transforme en singe et part libérer un autre chevalier au hasard. Il est complètement desséché et son corps part en poussière… Un glas de terreur me traverse tout le corps. Les stryges nous foncent dessus. Au-delà de cette nuée, la silhouette d’un chevalier sur un cheval enflammé se dessine. Après un combat acharné à base de sorts magiques et de violents coups d’épée, nous sortons victorieux de cette rencontre malencontreuse.
                            Malheureusement, durant ce chaotique combat, Lulu s’est fait enlever par des sortes d’abeilles. Grisenuit la chouette de Grim s’est mis à leur poursuite et elles se sont réfugiées dans leur ruche qui flotte au-dessus du sol non loin de là.

                            Sur les arbres nos noms sont apparus, nous sommes à présent recherché. Nous avons libéré un prisonnier du nom de Gender qui nous interpelle :’ Vous avez vaincu Haruman, oui. Je vous en prie libérez moi que je puisse partir d’ici ! Je suis Gender un soldat de Zariel. Ceci est ma punition, j’ai déserté quand ça a mal tourné et je me suis retrouvé ici torturé.’ Grim a voulu le sortir de l’arbre et lui aussi à son tour se retrouve transformé en poussière. Bien triste destin… Les enfers, quel endroit sinistre.

                            Nous nous hâtons vers la ruche géante. Après avoir occis quelques guêpes infernales, nous parvenons à libérer Lulu. Depuis le nid, Grisenuit distingue un lac noir avec une structure en arbre qui émerge au loin, notre prochaine destination.

                            Nous partons en direction du lac noir.
                            Lulu s’étonne : ’La citadelle de sang devrait être pile ici’
                            Un diable qui s’occupait d’abattre des arbres sur ordre de Zariel, nous donne une information après négociation : ‘Averne étant changeant, la citadelle est ailleurs. Il y a une tour pas loin d’ici avec un magicien, Morgan Kheden qui habite dedans, il serait où est la citadelle.’

                            Nous reprenons la route avec la bile de démon en guise de carburant, et de nouveau nous nous renversons, ENCORE ! Non mais satanée machine infernale.

                            Nous arrivons sur un pont au milieu du Styx. Grace à Helena déguisée en Haruman, les diables nous laissent passer mais nous demande de prévenir Zariel que Baphomet attaque.
                            Effectivement un combat s'ensuit alors qu'on essayait d'activer le mécanisme qui activait le pont levis de l'autre côté du pont.
                            On arrive à s'enfuir de ce chaos in extremis mais on perd un lance harpon dans la bataille. Garder la caution va s'avérer très dur...
                            Dernière modification par Jyod, 07 janvier 2022, 08h12.

                            Commentaire


                            • #15
                              super rapport !
                              La liberté est la règle, et la restriction, l'exception
                              Corneille, commissaire du gouvernement, 1917

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X